LE PEUPLE

Pour un monde égalitaire des droits dans un environnement sain et prospère

Portraits des femmes : Solange Shagayo Kagombe, l’étoile des jeunes bergers

Dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), Solange Chagayo-Kagombe est la directrice de la radio star L’Etoile du Berger. Aujourd’hui, elle montre le chemin aux jeunes, notamment aux femmes, mais son chemin a été plus difficile qu’une étoile filante. L’Etoile du Bergé, actuel directeur de Radio Star de Bukavu, revient sur ses aspirations initiales en 2008. À cette station, elle a grandi petit à petit. Après avoir travaillé comme modérateur et responsable marketing, j’ai finalement été intégré à l’équipe éditoriale et promu chef de programme. Il y a huit ans, elle était manager de transition et certains de ses collègues masculins continuaient de serrer les dents. “J’avais des hommes du même âge que mon père, mais ils n’arrêtaient pas de dire qu’ils étaient plus qualifiés.” N’ayant pas peur des obstacles, Solange a suivi deux années de formation en journalisme via l’IWPR (Institute for War and Peace Reporting, un réseau international d’organisations de soutien aux médias) et a obtenu un Master international en administration des affaires de l’École de journalisme de Lille. (ESJ, France). Après cela, elle a finalement été approuvée comme réalisatrice… Sa combativité est probablement due à son enfance troublée. “En 1996, quand j’avais 10 ans (pendant la première guerre du Congo, ndlr), j’ai quitté Bukavu dans un grand bruit. Des armes. J’ai été séparé de ma famille.” A cette époque, Solange Shagayo Kagombe rencontre de nombreux jeunes vivant dans la rue et dans les camps de réfugiés, dont beaucoup sont encore plus défavorisés qu’elle.

Travailler deux fois plus que les hommes !

Elle marque un temps de silence, puis résume : “Cette expérience est sans doute à l’origine de mon engagement pour les jeunes. Quand je suis revenue à Bukavu en 2006, je voulais mener des plaidoyers pour eux, afin de les encourager à entreprendre et comprendre qu’ils pouvaient construire leur avenir sans forcément devenir députés.”

À Radio Star (L’info à la portée des jeunes), elle va trouver un canal pour faire passer son message et forcer sa nature timide. “Enfant, Solange ne parlait pas beaucoup… Alors, quand elle nous a annoncé son truc de journalisme, on lui a demandé ce qu’elle allait dire à la radio !”, se souvient, amusée, Sylvie Muray sa grande sœur, avant de conclure : “Elle a un talent caché, car à l’antenne elle est elle-même !”

Solange reconnaît presque une double personnalité : “Je suis réservée, mais dans le cadre professionnel, je parle quand il faut parler !”

Christian Mihigo, l’ancien coordonnateur de Radio Star, salue “son savoir-être, son savoir-faire et son leadership”. De sa voix douce, Solange Shagayo Kagombe réagit d’ailleurs à présent avant tout en directrice : “Ce qui me motive aujourd’hui, c’est le parcours de Radio Star, une équipe de jeunes compétents et motivés. Dans le cadre du projet Médias 360° de CFI, deux de nos journalistes ont été formés. Nous avons à présent un site web régulièrement alimenté en articles et nous sommes passés de 2000 à 10000 abonnés sur notre page Facebook.”

Pas de quoi faire perdre son cap au capitaine Solange : “Pour nous faire accepter et réussir, il nous faut travailler deux fois plus que les hommes ! Nous devons étudier et saisir toutes les opportunités pour être les meilleures !”

À la tête de Radio Star, L’étoile du berger, une station dont le personnel a une moyenne d’âge de 24 ans, Solange Shagayo Kagombe donne de la voix et montre la voie à suivre.

Dans 10 ans…

Jusqu’où la bonne étoile de Solange Shagayo Kagombe la mènera-t-elle ? Elle se voit “directrice de communication d’un grand média”. Christian Mihigo, son ancien coordonnateur à Radio Star, l’imagine, lui, “apporter un vent de changement dans le monde médiatique.”

L’intéressée milite déjà pour un changement de certains textes pour diminuer les taxes imposées aux médias de provinces, mais aussi pour durcir les critères permettant aujourd’hui à n’importe quel politicien ou presque de lancer sa radio avant une élection, avec des journalistes sans contrats, ni salaires…

“Résultat : certains journalistes écrivent pour faire plaisir à ceux qu’ils ont interviewés et qui ont payé leur transport,” déplore Solange. Elle-même se verrait bien dans dix ans responsable d’une organisation d’appui aux médias ou d’appui aux jeunes, ou, si elle en a des moyens, professionnaliser l’équipe de Radio Star ou créer une autre radio communautaire éducative pour les jeunes.

 

 

This is the heading

Vous pouvez participer à l'action de LE PEUPLE à travers une donation

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *