LE PEUPLE

Pour un monde égalitaire des droits dans un environnement sain et prospère

Portraits des femmes: Georgette Kavira Sindani, l’ascension fulgurante d’une qui a gravi tous les échellons à la CNSS

Georgette Kavira Sindani de son nom complet, est directeur provinciale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) au Sud-Kivu, en République Démocratique du Congo (RDC).

Née le 22 novembre 1960 à Butembo au Nord-Kivu, cette femme présente dans ce service étatique depuis le 29 novembre 1989 indique que ses tâches globales dans la CNSS actuellement se résument en la coordination de toutes ses activités  de la direction provinciale du Sud-Kivu dont à Bukavu ainsi que Uvira, Fizi et bientôt Kabare des territoires de cette province.

Paluku Baudouin et Hélène Kayumba d’heureuse mémoire, ont donné vie à cette élève de l’école primaire des filles de Beni cité Belge dans le temps. Après ce cursus, maman Kavira est allée poursuivre ses études secondaires à l’Institut Bumba Moaso à Kinshasa et logée à ce temps là chez son oncle maternel où elle a pratiquement été élevée depuis son adolescence.

Ce contact avec les familles de ses parents l’ont ainsi aidée à développer un fort sens de la famille, que ses fils respectivement 37 et 22 ans expérimentent en ces jours. Après le diplôme d’Etat à Bumba Moaso, c’est l’Institut Pigier Paris à l’époque qui l’avait accueillie pour la suite de sa formation.

En 1989 cette veuve depuis 21 ans en ces 2023 débarque dans la CNSS appelée jadis Institut National de Sécurité Sociale (INSS). D’abord dans le service de presse, affectée par la suite à la direction financière, puis à la direction des études et organisations, direction administrative (DA), responsable des relations publiques, secrétaire de l’administrateur directeur général.

Bref, une carrière ininterrompue au sein de cette structure publique qui a pour missions essentielles la gestion du régime général de sécurité sociale. L’objectif étant de lutter contre la précarité qui peut toucher ses assurés du fait, d’accident du travail, de maladie professionnelle, de vieillesse et autres.

Équité du genre y croit-elle?

Georgette avoue que c’est bien de donner la chance à une femme de prouver ce qu’elle est capable de faire. Mais, pour elle, la meilleure promotion doit être consécutive au travail acharné qu’elle rend.

Elle laisse entendre que personnellement, ses 34 ans de carrière dans la CNSS ont été marqués par des stationnements dans les mêmes grades parfois mais suite à l’assiduité au travail, elle a été bénéficiaire des promotions jusqu’à devenir directeur. Donc, confirme-t-elle, l’équité du genre est aussi si pas d’abord la performance.

Sindani née d’une famille de 7 enfants laisse entendre que seuls le travail, l’honnêteté et l’amour du prochain demeurent des valeurs fortes à ses yeux.

Parlant des reconnaissances, ce parcours de la combattante lui a valu deux diplômes de mérite, le récent étant celui délivré par l’intersyndical du Sud-Kivu suite à ses efforts dans l’unification du personnel de la CNSS en province.

Enfin, cette catholique avérée de dévotion mariale lance un vibrant appel à ses collègues chefs d’entreprise. Un appel d’humanisme et de tolérance envers leurs subalternes parce qu’ils sont des pères et des mères en part entière.

Par Joyce KALUMUNA

Le Peuple

This is the heading

Vous pouvez participer à l'action de LE PEUPLE à travers une donation

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *